• Groupe canadien de recherche en soins intensifs
    Le Groupe canadien de recherche en soins intensifs (CCCTG) est un groupe collaboratif voué à la poursuite de l’excellence et à l’avancement de la recherche en soins intensifs au Canada.
  • Groupe canadien de recherche en soins intensifs
    Plus de 30 programmes de recherche sont en cours au CCCTG et plus de 100 articles évalués par les pairs ont été publiés, toujours avec répercussions directes sur la pratique clinique en soins intensifs.
  • Groupe canadien de recherche en soins intensifs
    Le Groupe canadien de recherche en soins intensifs (CCCTG) est un organisme national de plus 300 membres intéressés à la recherche sur la prise en charge des patients gravement malades.
  • Groupe canadien de recherche en soins intensifs
    Le soutien du CCCTG indique son engagement formel à s’assurer que la recherche sera entreprise avec rigueur et éthique et communiquée en temps opportun, de manière efficace.

Changements dans la pratique réduit le besoin de transfusions sanguines

Le CCCTG souligne dans cette page l'impact de la recherche sur la transfusion réalisée par ses chercheurs

Un article paru récemment dans The New York Times révèle une baisse de près d'un tiers du nombre de transfusions aux États-Unis. Une raison soulevée pour expliquer cette baisse de la demande est les études récentes démontrant que de nombreuses transfusions étaient inutiles, évitant aux patients par le fait même des soins coûteux qui n’avaient aucun bénéfice.

C’est le travail mené par des membres du CCCTG qui a transformé la pratique transfusionnelle! L’étude phare intitulée « Transfusion Requirements in Critical Care » (l'étude TRICC) dirigé par Paul Hébert a été publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM) et à ce jour a été citée plus de 3000 fois. Cette étude a changé la manière dont les cliniciens abordent la transfusion sanguine chez les patients gravement malades ainsi que dans d’autres services de soins à travers le monde. Elle a fourni la première preuve que donner moins de sang résultait en des taux de mortalité et de défaillance d'organes comparables et avait moins de complications. Une étude parallèle chez les enfants gravement malades (l’étude TRICC-PICU) codirigée par Jacques Lacroix et Paul Hébert avec des résultats semblables à TRICC a également été publiée dans le NEJM en 2007.

Cette recherche précurseur a généré un important agenda de recherche portant sur l'utilisation d'alternatives à la transfusion, la conservation du sang, les fluides de réanimation, la réanimation cardiaque et les traumatismes.  Par exemple, l'anémie est très fréquente et associée à des mauvais résultats de santé chez les patients gravement malades souffrant de troubles neurologiques graves.

Shane English évalue présentement les seuils transfusionnels et l'effet sur le résultat fonctionnel neurologique des patients souffrant de lésions cérébrales (l'étude SAhARA). Jacques Lacroix mène actuellement une vaste étude internationale (l’étude ABLE) chez les patients gravement malades afin de déterminer l'effet de l’entreposage des globules rouges sur les résultats cliniques de la transfusion. Marisa Tucci mène en parallèle une étude chez les enfants (l'étude ABC-PICU) pour évaluer l'effet de l'âge du sang au moment de la transfusion sur la gravité de la défaillance d'organes.

À lire également cet article récent sur les seuils transfusionnel paru dans Nature.

Ceci représente un exemple important comment la recherche à impact élevé réalisée par le CCCTG a changé la pratique médicale et contribué à améliorer les soins des patients les plus vulnérables.